LGUYHAUTEVILLE01

07 avril 2021

Michèle Angirany, skieuse hautevilloise

 photo Henri Chapuis

michèle Angirany et Mme Desjardins germaine

 La personne à droite avec le brassard d' Officiel  est la lyonnaise Germaine  Desjardins  entraineuse de l' Equipe de France féminine de Fond, que les Chamoniards appelaient " Mme Courtil "

 

 

 

Ski de fond - Michèle Angirany

France

2 ème au Championnat de France ski de Fond  

gagne le Critérium Féminin de Fond en 1950 

 

a suivi les entraînements   en Suède à Volodalen  avec Benoit CARRARA 

Sélectionnée en Equipe de France Fond  50/51  et  51/52 .

Michèle Angirany vient de nous quitter, née en 1925, elle faisait partie du ski club de Lompnes,

A Oslo en 1951, elle disputa l'épreuve de fonds dames.

 

Michèle Angirany est une fondeuse française. Son dernier résultat est la 18ème place pour l' individuel 10 km femmes aux Jeux Olympiques lors de la saison 1951/1952.à OSLO

 

P1020202 - Copie

Michèle Angirany rencontre Simon Desthieux

Michèle garda toute sa vie une allure de sportive

Nous nous souviendrons......

Posté par Louis Henri GUY à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mars 2021

La pierre d'Hauteville -Notoriété internationale

# 311

Photo Alain Sauquet

 

. Pour info des camions ont acheminé des pierres d'Hauteville à Courchevel. Les pierres concassées ont été placées au fond du lac afin de lui donner une couleur bleue.
thfamily - email : thfamily@wanadoo.fr

lac de la rosière

 La Pierre d’Hauteville-Lompnes et de Champdor

007

 

Il y a longtemps que nos anciens ont travaillé la pierre d’Hauteville. Il suffit de regarder le devant des vieilles fermes bugistes pour repérer de superbes piliers de grenier à bois taillé depuis toujours si près des carrières.

Nous savons que des pierres ont été taillées pour les porches d’église ou autres baptistères.

P1040140

Le baptistère de la première église d'Hauteville

Mais c’est au début du 19 ème siècle que furent ouvertes les carrières d’Hauteville. L’exploitation de la pierre était rentrée dans l’ère industrielle.

img170

Début de l'exploitation des carrières

La plus belle pierre d’ornement architectural était appelée « le choin » ou « la perlée » les teintes en étaient claires, blanches ou rosées.

La deuxième utilisation locale était la fabrication des stèles funéraires. Mais très vite sa réputation devint mondiale.

Architecture

C’est ainsi que notre pierre fut utilisée pour les monuments du monde entier, vers les années 1920, le premier importateur était les Etats-Unis.

 La ville de New-York l’utilisa pour la construction de l’Empire State Building.

NYC Anaelle aout 2011 269

 

Nous la retrouvons alors dans les plus grands monuments du Monde : L’escalier monumental de la maison blanche, les aménagements du Capitole à Washington. Le mémorial Lincoln à San Francisco. Le socle de la statue de La Liberté.

DSC03228

Pour l’Asie, les escaliers du Palais impérial du Japon. La Corée du Sud est aussi une cliente.

Pour l’Amérique du Sud on la retrouve à Buenos-Aires à l’institut Bernasconi, et les trottoirs de la ville.

L’’Espagne l’importa pour la réfection du Palais de l’Escurial.

Pour l’Afrique, la poste et la mairie d’Alger. Elle est exportée sur l’Egypte

Bien sûr, notre capitale n’était pas en reste et pour la construction des grands immeubles des Champs-Elysées, et ceux des grands boulevards parisiens,  les ensembliers  l’utilisèrent largement.

Le monument aux déportés du Struthof en Alsace, fut érigé avec la pierre d’Hauteville. La pierre de  l’autel de la basilique souterraine de Lourdes est aussi tirée de notre sol.

 

Dallage et Aménagement intérieurs.

 

Les ensembliers ont très vite vu la possibilité de créer de très beaux pavages intérieurs des grandes demeures en mariant les dalles de notre pierre rosée avec de très beaux filets de séparation en porphyre ce qui est du plus bel effet.

Les ornements de façade des grands magasins sont très souvent en pierre d’Hauteville.

 

Infrastructures routières.

Chaque jour un ballet ininterrompu de camions expédient sur tout les chantiers de France qu’ils soient routiers ou ferroviaires des tonnes de pierres concassées.

 

 

La pierre d’Hauteville dans l’art.

DSC03930

Rémi Pesenti "L'atelier de la pierre" a gravé sur la pierre d'Hauteville l'image du monde

Cette œuvre d’art représentant le globe terrestre a été réalisée par Rémi Pesenti, artisan  de « l’Atelier de la pierre ». Exposée aux floralies de Bourg en Bresse, elle  trône désormais en bonne place dansla mairie de notre commune.

Très bien mise en valeur sur fond bleu et surrélevée sur un socle en bois , la demi-mappemonde révèle le tracé de tous les continents.

Il a fallut à Rémi plus de cinquante heures de travail sur 2 tonnes de pierre, pour achever cette œuvre après l’avoir polie et sablée.

Le jour de l’inauguration, l’artiste a situé d’un point rouge, la position de notre ville.

Sans aucun doute, la sphère terrestre pourra être admirée par tous les usagers et visiteurs de notre Hôtel de Ville, et si vous visionnez le point rouge, vous pourrez en conclure que nous faisons partie des infiniment petits  de ce monde.

 

 

Nous pouvons évoquer ici les différents monuments aux morts dont se sont inspirés les artistes pour créer de véritables œuvres d’art.

Sculptures en pierre d'Hauteville

Mais nous la retrouvons aussi dans les différents symposiums de sculptures bien qu’elle soit très dure à travailler.

Une rencontre de sculpteurs au Monastére de Brou en 2008 sur le thème "Sculpter la pierre d'Hauteville" a rassemblé de nombreux artistes dont voici les oeuvres.

chapelle lompnes 034

chapelle lompnes 035

chapelle lompnes 036

chapelle lompnes 037

chapelle lompnes 038

chapelle lompnes 045

Rencontres de sclupteurs sur pierre d'Hauteville à Brou -Bourg en Bresse

chapelle lompnes 047

chapelle lompnes 056

chapelle lompnes 057

Marguerite d'Autriche présente son monastère , oeuvre d'Eole

chapelle lompnes 059

oeuvre coquine en pierre d'Hauteville

chapelle lompnes 060

Gloire à la pierre d'Hauteville de David Léger

 

Sculpteurs et peintres continuent à être inspirés par la matière.

P1040265 (2)

Peinture "Les carrières" collection privée

 

L’exploitation donne à nos contrées un certain charme quand on repère de très haut, ces failles blanches au milieu de nos forêts de sapins verts. Vu du ciel, nous pourrions imaginer une toile abstraite faite par un Titan pour le moins artiste.

P1030973

Carrière de Champdor, domaine de la "Champdorée"

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Louis Henri GUY à 16:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 mars 2021

Origine de la vierge de Champdor

ORIGINE DE LA VIERGE DE CHAMPDOR :

# 083

photo Alain Sauquet

Il est dommage que le socle et la statue prennent une teinte de vierge noire,

Si on trouve une entreprise pour lui redonner sa teinte blanche d'origine, on trouvera certainement un mécène pour règler la facture des travaux

 

C’est en 1855 que Joseph GUILLOT naquit à Champdor de Jean Baptiste GUILLOT et de Marie Rosalie LEVRAT. Il était l’avant dernier d’une famille qui comptait déjà 6 filles et 2 garçons. Son arrière grand mère Sébastienne HUGONNET épouse GUILLOT était célèbre dans la région. C’est grâce à elle que l’église de Champdor à pu conserver son magnifique autel.

A la révolution, elle le fit démonter morceau par morceau puis distribuer ceux-ci dans différentes familles dont- la liste fut faite par un des rares capables d’écrire à cette époque : son fils Victor âgé de 12 ans. Grâce à cette liste soigneusement conservée, l’autel fur reconstruit pièce par pièce sous Napoléon..

Saint François de Sales et saint Victor (qui perdit quelques doigts dans ce déménagement) ont retrouvé leur place qu’ils occupent depuis.

Après de brillantes études au séminaire de Meximieux, puis à celui de Brou, il fut nommé à sa demande à Waverlé ville cosmopolite où se côtoyaient Irlandais, Allemands, Polonais et Français. Il y fit construire une école où tous purent y apprendre l’anglais. Après plusieurs postes, il termina sa carrière à saint Paul du Minnesota aux Etats Unis après avoir fait preuve d’une grande générosité envers son diocèse et son village natal.

 

A sa dernière visite en France en voyant travailler un artiste du pays Monsieur Alphonse MONNET, autodidacte bourré de talent, il eut l’heureuse idée de laisser à ses compatriotes un souvenir durable. Admirant le travail de monsieur Monnet et son goût de la perfection, ils se mirent d’accord sur l’œuvre à accomplir.

 

Plusieurs maquettes en terre puis en plâtre (modèle réduit bien sûr) traversèrent l’Atlantique et sont certainement conservées dans le Minnesota.

 

Le travail gigantesque n’effrayait pas le sculpteur, seul sans architecte sans ordinateur, il eut à calculer la solidité du terrain, la taille et la mise en place de cette statue haute de 13 mètres dont l’élégance et l’harmonie des proportions étonnent encore les artistes contemporains.

 

L’INAUGURATION DE LA VIERGE.

img060

 

Le 8 juin 1941, il y a juste 60 ans, aurait pu être une grande fête religieuse pour tout le plateau, un beau dimanche comme les dimanches d’avant la guerre.

Mais la défaite était trop récente, toute la France portait encore le deuil de ses soldats morts au combat et ils étaient encore nombreux retenus bien loin là-bas dans les stalags. L’avenir s’annonçait sombre et incertain.

 

Le long cortège des paroissiens de Champdor, augmenté par ceux des paroisses environnantes qui s’avançait en procession depuis le village jusqu’à la colline reflétait tout le recueillement. Il y avait énormément de monde, c’est étonnant ce que la peur de la guerre peut parfois réveiller la foi des baptisés.

 

Devant le massif montagneux qui la domine, la vierge apparaissait encore plus blanche.

Les belles carrières du pays avaient fourni cette noble matière plus dure à travailler que le marbre et aussi belle aujourd’hui qu’au premier jour.

 

Monseigneur Gauthier, missionnaire de la montagne, le chanoine Monnet vicaire général et le curé Loisy accueillaient cette foule et prêchaient la confiance qu’il fallait garder.

Une centaine de gamins avait déposé auprès du socle des milliers de narcisses cueillis le matin même au pied du monument le long de l’Albarine…La colline parée d’oriflammes et de longues guirlandes de branches de sapins prenait un véritable air de fête.

 

Monseigneur Guillot venait d’avoir 86 ans, il ne vit jamais la statue achevée mais ce jour-là au-dessus de l’Atlantique, ses pensées ont dû croiser  les pensées des Cambots.

img060 - Copie

 

                                                                                              Marius Guy

DSC06350

img061

Posté par Louis Henri GUY à 10:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mars 2021

Simon Desthieux, la belle saison 2021

_simon-desthieux-mass-start-ostersund-

En conclusion de la saison 2020-2021 de Coupe du Monde de biathlon, Simon Desthieux a remporté la Mass Start d'Östersund devant Eduard Latypov et Johannes Thingnes Boe, qui a assuré sa victoire au classement général.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

504_media365-sport-news_c66_aec_f80f8a0c5c8b1ee387bb963bca_biathlon-sprint-de-nove-mesto-h-desthieux-remporte-son-premier-succes-individuel_10193163_simon-desthieux-1-1024x425_ext

Sprint - BIATHLON - COUPE DU MONDE / NOVE MESTO
Samedi 6 mars 2021
1- Simon Desthieux (FRA) en 22'58" (0 faute au tir)
2-
Sebastian Samuelsson (SUE) à 2"4 (0)
3- Arnd Peiffer (ALL) à 4"4 (0)
4- Sturla Laegreid (NOR) à 10"4 (1)
5- Tarjei Boe (NOR) à 10"6 (1)
6- Benedikt Doll (ALL) à 14"5 (1)
7- Quentin Fillon Maillet (FRA) à 26"9 (2)
8- Emilien Jacquelin (FRA) à 29"9 (1)
9- Jakov Fak (SLQ) à 32"8 (0)
10- Eduard Latypov (RUS) à 37"2 (1)
11- Johannes Thingnes Boe (NOR) à 38"5 (3)
...
13- Antonin Guigonnat (FRA) à 42"7 (2)
46- Fabien Claude (FRA) à 1'43" (3)

photo michel Cizek/AFP

Le merveilleux titre du journal l'Equipe

Scan0039

Posté par Louis Henri GUY à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2021

Le cobaye

cobaye

Le cobaye

Né en 1937, Ma vie a commencé sous le signe du caducée.

Atteint dès les premiers mois d'otite mastoïdite, j'ai eu à ce moment là ma première médication. Quelle était-elle, je n'en sais strictement rien, peut être un remède de bonne femme en vigueur à l'époque.

Puis comme tous les enfants, et malgré un entourage propice à la tuberculose, ma cuti a viré vers mes 11 ans

Bien sûr j'ai eu le BCG et les piqûres contre la diphtérie, typhus, tétanos

Puis j'ai subi les maladies infantiles, oreillons, rubéole, scarlatine

Au régiment rebelote, pour diphtérie, typhus, tétanos, typhoïde, polio etc.

Au retour troubles méningés, pneumopathie soignés avec un arc en ciel d'antibiotiques de toutes sortes, pneumocoque, méningocoque

Puis avant de partir en Afrique Equatoriale, la fièvre jaune....

En 1971, Au Sahara, à Touggourt, les sœurs bleues recevaient des parturientes pour leurs accouchements,

un bébé nomade avait besoin d'une transfusion de sang B rhésus+, à l'hôpital de Touggourt on me brancha directement avec le nourrisson, je suis certain qu'il doit maintenant avoir une famille et quelques  dromadaires.

images

index

En 1983,pontage cardiaque, à cœur ouvert avec moult piqûres d'anticoagulant dans le ventre

Puis deux interventions pour cailloux dans les reins, une intervention pour polypes dans la vessie.

Je ne vous raconte pas le paquets de médocs que je prends chaque jour depuis cette époque...

anticoagulant, betabloquant, et tutti quanti.....et tous les rayons qui ont traversé ma carcasse avec radios,  IRM et autres imageries

La vieillesse aidant, je suis passé sous le signe horoscope de la prostate. puis de nouveau chirurgie pour des kystes graisseux à enlever bien sûr, hernie inguinale à remettre en place etc....

Et maintenant, une piqûre Astrazeneca...

Zut parait-il que ce n'est pas le bon vaccin!

Puisque la recherche française est en retard, je suggère de donner un demi-litre de sang à l'institut Pasteur ou à Sanofi pour faire avancer les choses Avec tout ce que j'ai eu comme piqûres dans les épaules , le ventre, les fesses, il y a de quoi décourager et faire fuir le coronavirus qui nous embête depuis un an rien qu'avec ce qui reste de médications dans le sang de mes artères.

Pour mon rappel anti-covid, si Astrazeneca est désavoué, je demanderai à mon médecin de me faire une intraveineuse en marc du Bugey....On ne sait jamais!

marc du Bugey

Et en avant pour les 100 ans!

L'espoir fait vivre!

Posté par Louis Henri GUY à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 mars 2021

Un été rouge-sang juillet 1944

UN ETE ROUGE-SANG

SAINTE BLAIZINE – JUIN-JUILLET 1944

 

Ce 15 Juin 1944, paisible matinée de labeur pour Francisque Harnal et ses fils Henri, 18 ans, Robert, 16 ans et Louis, 14 ans sur une parcelle de pommes de terre à l’ouest du Col de la Lèbe.

Depuis le 6 Juin, jour du débarquement allié en Normandie, la tension est montée d’un cran dans tout le Bugey, sanctuaire de la résistance de l’Ain. Brutalement, le vacarme d’armes automatiques éclate de l’autre côté du Col et semble remonter depuis le Valromey. Leur inquiétude grandit lorsqu’ils voient des panaches de fumée obscurcir le ciel immensément bleu. C’est Saint Maurice qui brûle. Les coups de feu se rapprochant dangereusement, ils décident de rentrer à Sainte Blaizine. Louis arrive en courant pour prévenir Maria, sa maman et s’enfuit terrorisé en direction des Catagnolles. Juliette, 12 ans, qui gardait les vaches, rentre précipitamment. Henri, Robert et leur père arrivent peu après, devançant de grands bruits de mitraillage. Dans l’après-midi, l’unité allemande qui vient d’incendier Saint Maurice et l’Hôtel de la Lèbe en assassinant M. Dugonne, propriétaire et son fils de 14 ans, force le barrage de résistance du Col et entre dans Sainte Blaizine par la petite « rue de la gare ». Des fusées d’attaque préviennent de l’arrivée du danger depuis la Lèchère.

Maisons à Sainte Blaizine

J B illustations pour l'article

J B illustations pour l'article (2)

Les maquisards ont échappé provisoirement à l’ennemi en se repliant par la forêt de Gervais en direction de Ponthieu. Octave Miguet, 66 ans, en uniforme de facteur, est fauché par une rafale alors qu’il travaille à l’abeiller qui jouxte sa maison. Les allemands débouchent au cœur du hameau, au carrefour du lavoir et investissent le village. Ils s’engouffrent dans la cour de la ferme Harnal-Miguet et donnent l’impression d’être particulièrement avinés et fous-furieux. Ils pénètrent dans la partie centrale d’habitation qu’ils fouillent méthodiquement. Cherchent-ils un cheminot de Virieu le Grand réfractaire au S.T.O., Henri Buatois qui se cachait dans la partie ouest de la maison ? Heureusement pour tous, il est parti pour la journée. Ils alignent contre le mur de la maison Michallet, en face de la cour, Francisque, Robert et Henri, Juliette, Raymond Cyvoct, 15 ans et M. Kimel, un garde-forestier alsacien, locataire de la maison Ancian. Ils contrôlent les livrets de famille et les pièces d’identité. Après 3 heures de difficile tension et d’échanges en français et en allemand avec Francisque, vétéran de la grande guerre et Robert, lycéen à Belley, ils libèrent le groupe. Par chance, la cave de l’aile ouest, refuge d’Henri Buatois en cas de danger et qui sert d’abattoir clandestin n’a pas attiré l’attention. Céline Miguet, couverte du sang de son mari, vient en courant chercher de l’aide ; le malheureux est mort et la peur engendrée dans le village est telle, qu’il restera une semaine sans sépulture. Camille Cyvoct, menuisier-charpentier, fabrique le cercueil et avec quelques voisins, transporte rapidement  sur une charrette le défunt au cimetière de Thézillieu pour l’enterrer. Mathilde Roux, 21 ans, jeune fille de cœur ira, jusqu’à son mariage en Juin 1946 avec Jules Billon du Genevray, coucher chez Céline Miguet, particulièrement traumatisée.

 L’occupant s’est justement installé chez les Roux, Henri, le cordonnier et Marguerite qui habitent la ferme en haut du carrefour. Une petite troupe soigne ses blessés et veille les morts transportés sur une voiture tirée par deux chevaux noirs.  A la veillée, on entend des chants et des prières en allemand. Les officiers ont réquisitionné la grande demeure Barrucand, la plus ancienne maison de la commune, première des granges de l’abbaye de Saint-Sulpice. Le 16 Juin dans la matinée, l’occupant lève le camp et les villageois apprennent les évènements dramatiques du Valromey et de Ponthieu où 5 jeunes ont été fusillés et où les allemands resteront plusieurs jours à consommer le bétail abattu des habitants chassés à Virieu-le-Grand. La peur qui régnait sur toute le Plateau fut amplifiée par une nouvelle incursion de l’armée allemande, cherchant à trouver les sources d’approvisionnement des maquisards.

 Le 22Juin, aux Catagnolles et au Gros-Jean, ils prennent des otages pour obtenir des renseignements. Finalement, sur l’intervention de Marius Cyvoct, maire de Thézillieu, et de son secrétaire de mairie Louis Borron, instituteur, ils sont relâchés. Berthe Tardy, actuelle doyenne de la commune, est le dernier otage-témoin de cette rafle. Au nord de Sainte Blaizine, 3 jeunes bressans des forces unies de la jeunesse, les frères André et Raymond Herbepin et Hubert Convert, sont capturés et obligés de creuser à mains nues leur propre tombe avant d’être fusillés et sommairement enterrés. Georges Billon, 22 ans,  ira à la nuit tombée, reprendre les corps pour les ramener à la fruitière du village, où leurs familles viendront les chercher. Une stèle nous rappelle ce massacre. Marguerite Roux découvrira le lendemain dans un bosquet de la Moratière, au-dessus de l’embranchement des Catagnolles, le corps d’Henri Porte, des maquis de l’Ain, achevé en lisière de forêt ou, blessé, il s’était réfugié. Il sera inhumé au cimetière de Thézillieu où il restera jusqu’à son transfert à la nécropole du Val d’enfer où il repose dans la tombe n°70.

Nouveau réveil de terreur le 4 juillet à l’aube ; les allemands sortent à coups de crosses René et Juliette, l’aîné et la cadette qui dormaient dans la maison de la tante Savarin, le logis Harnal étant devenu exigu pour 7 personnes. Ils sont maintenus en joue sur le monticule entre les deux maisons qui sont de nouveau fouillées. René, 19 ans, fromager à Longecombe, doit justifier de son identité et de son activité. Juliette, 12 ans, écolière en vacances, qui garde les vaches chaque jour, est terrorisée. Cette nouvelle frayeur se termine avec le départ de l’occupant avant midi.

 La dernière journée de peur commence le 11 juillet au matin. Une compagnie de francs-tireurs partisans  d’Oyonnax a établi son PC à l’Hôtel des Cols et les allemands, bien renseignés, l’attaque. Trois des résistants avaient installé un poste d’observation au sommet du Mollard d’Ecole, point culminant entre Sainte Blaizine et Thézillieu pour surveiller l’accès sud. L’orage menaçant, ils déposent sacs à dos et armes chez Harnal. Maria, la maman, occupée à traire et craignant la probable arrivée des allemands ordonne à Robert et Henri de rendre immédiatement armes et sacs aux maquisards. L’encerclement ayant commencé, André Ballet, César Murchia, et Jean Pochonot sont abattus en essayant de décrocher sur le Genevray ; les deux frères  Harnal parviennent indemnes à rejoindre les Catagnolles. La Lèbe et la forêt de Gervais sont le théâtre de violents affrontements. Le soir, l’Hôtel des Cols est en cendres et 16 jeunes hommes de France, ont perdu la vie. Deux stèles nous rappellent ces journées de sang ; celle du clos de l’Epine (Hôtel des Cols) et celle de la Barbarie (Fruitière des Granges). Le 19 juillet André Billon, blessé et capturé à l’Hôpital de Nantua, est fusillé à Montréal.

Récit des souvenirs précis de Juliette Gros née Harnal.

 

Essayons de nous souvenir et d’enseigner que la terreur, la force et la violence n’engendrent que la mort et qu’elles finissent toujours par être balayées, car l’homme, finalement, n’aspire qu’à la paix. Face à toutes les idéologies de mort, violentes ou à la sauce démocratique, choisissons la vie.

Posté par Louis Henri GUY à 09:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 mars 2021

Les quatre temps pour 2020 2021

Les quatre temps pour 2021
les quatre temps d'hiver

premier jour16 décembre 2020

P1000333

correspond au mois de Janvier 2021

P1000338

2 janvier 2021

Janvier est enneigé, froid , neige glacée et à partir du 13 redoux et la pluie tombe sur 25 cm de neige.....


deuxième jour 18 décembre 2020

P1000336

temps doux humide correspond au mois de février 2021

Le début est doux et humide, la preuve notre cascade de Charabotte

# 035A

et le pont de Nantuy

# 035B

 


troisième jour 19 décembre 2020

temps doux, légèrement ensoleillé.

P1000337

Correspondrait au temps du mois de Mars.

 


les quatre temps de printemps
24,26 et 27 février 2021

Début Mars, temps sec et venteux dominance de la bise.

dimanche 14 mars 2021 une légère chute de neige sur Hauteville

 


les quatre temps de l'été
26,28 et 29 mai 2021
les quatre temps d'automne
22,24 et25 septembre 2021Les quatre temps pour 2020

En chute de neige cumulée, il est tombé durant l'hiver 2019/2020 : 67 centimètres de neige.

Voir les photos ci-dessous.

En ce qui concerne la pluie, Octobre 2019 : 200mm /novembre 2019 :225 mm/décembre : 190mm:

2020 : Janvier: 80mm/ Février125 mm/ Mars 165 mm.

Pas de pluie depuis le12 mars, va-t-on rajouter une sécheresse au Covid19?

La dernière semaine d'Avril jusqu'au 6 mai : 112mm de pluie! Ouf!

 

4 temps d'hiver : 18,20 et 21 décembre 2019

le 16 février 2020 à la ferme Guichard, la neige se fait encore attendre:

P1100095

photos prises le dimanche 19 janvier 2020 à la ferme Guichard

P1100053

P1100054

 


4 temps d'hiver : 18,20 et 21 décembre 2019

DSC07410


4 temps de printemps : 4, 6 et 7 mars 2020

 

Premier jour des 4 temps, météorologie de la France durant la journée du 4 Mars

 

P1100097

 Le 4 mars correspondrait au temps d'Avril, jusqu'au 15 avril nous n'avons pas de pluie, temps sec, voir réflexion en haut de l'article, cela se confirme!

Deuxième jour des 4 temps de printemps 6 mars, correspondrait au temps que nous aurions en Mai

 

P1100100

P1100101

 

7 mars , troisième jour des 4 temps de printemps, correspondant au temps qu'il fera en Juin

P1100106

P1100107

 

P1000127


4 temps d'été : 3,5 et 6 juin 2020

P1030070

 


4 temps d'automne : 23, 25 et 26 septembre2020

P1000305

premier jour des 4 temps dans l'Ain Mercredi 23 septembre., temps pour Octobre

et dans toute la France.....

 

P1000304

 

 Vendredi 25 septembre temps de novembre

P1000308

Samedi 26 septembre, temps pour Décembre

P1000306

S'il on en croit les 4 temps , le dernier trimestre devrait être pluvieux dans l'ensemble.

5 décembre 2020 : pluie et neige mélangée le matin,

 


à suivre

Posté par Louis Henri GUY à 09:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 février 2021

Le marais de Vaux et les Lésines.

# 058

Le marais de Vaux et les Lésines.

Le marais de moyenne montagne est rare en France. Avec le marais de Lavours et le marais de Vaux, l’Ain est particulièrement gâté.

Entre Hauteville et Cormaranche le marais couvre avec Les Lésines une surface de 140 hectares.

De grands travaux ont été entrepris  et dans l’année, le circuit de visite sera réhabilité.

Cette zone est très riche en faune et en fleurs…De nombreux animaux paissent sur les prairies environnantes, chevaux, vaches, ânes, moutons font partie du décor.

# 330

# 178

En toutes saisons le site est remarquable, et mérite une visite promenade…

# 205

photos Alain Sauquet avec mes remerciements

 

P1000346

P1050976

l'été fait souffrir les lésines.

Posté par Louis Henri GUY à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2021

Le temps des morilles!

Péché de gourmandise : vous avez les truffes, nous avons les morilles !

Morilles 31 mars2017

Les provençaux, les Périgourdins  et les habitants du bas Bugey sont très fiers de récolter les truffes, les belles Tuber mélanosporum , les meilleures selon eux et les vendre sur les marchés spécialisés à un prix qui dépasse les taux d’inflation pour atteindre bientôt le prix du « jaunet », vous savez ce petit Louis ou Napoléon de 20 francs en or.

Nous aimons  le fumet qui émane des pâtés truffés, des tournedos grillés accompagnés d’une sauce madère enrichi de l’or noir de ce champignon recherché par les professionnels. Ils  guettent la mouche bleue qui se pose au printemps sur les brûlis ou utilisent le groin des gorets ou la truffe des chiens  spécialistes dans cette quête du diamant noir.

La littérature s’est emparée de ce champignon pour nous faire rêver, nous ne citerons que le personnage de Garigou, qui avait inspiré Alphonse Daudet, vous savez ce « clerc diable » qui avait posé dans l’encensoir  de la truffe,  ce qui avait eu pour effet de bâcler les trois messes basses de ce curé provençal plus préoccupé de la bonne table que de dire les patenôtres.

Bref, nous au printemps, nous commençons à courir les prés et les bois pour rechercher nos morilles.

 

Et là, toutes les ruses des Sioux sont admises pour ne pas se faire repérer, les places ou les tâches de morilles selon certains valent leur pesant d’or. On entre ainsi sur le sentier de la guerre, on fait de grands tours  le long des buttes ensoleillées, près des sapinières. On a l’œil circulaire pour regarder de ne point être suivi. Demandez donc à un morilleur où il les a trouvées, il vous répondra la plupart du temps : « A côté d’un brin de paille ! » La chasse au trésor, vous dis-je !

Les savants l’appellent : morchella rotunda, vulgaris, crassipes, spongiola, umbrina, hortensis, costata, conica, elata, hybrida, rimosipes  et quoi encore !, la meilleure est la noire, les autres sont bonnes pour les novices, ceux qui ne sont pas encore entrés dans la grande Confrérie des "Morilleurs".

Nous en faisons des chapelets pour le séchage, et pour les agapes futures hors saison.

P1000214

 

Avez-vous déjà mangé un poulet de Bresse de préférence, aux morilles et au Vin Jaune !

Nettoyer vos morilles, les baigner dans une eau tiède et conserver le jus qu’elles vous donnent.

Découper votre poulet en huit morceaux, le mettre dans une sauteuse avec un mélange de beurre et d’huile, le laisser colorer jusqu’à ce qu’il atteigne une belle robe dorée. Déglacer avec 15 cl de vin jaune, et le jus des champignons.  Laisser cuire 20 minutes à feu doux. Ajouter les morilles que vous aurez au préalable fait revenir dans du beurre avec une purée d’échalotes et 5 cl de vin jaune, et un demi-litre de crème. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que votre crème soit nappante.

Et là, mes amis, que la fête commence ! Dresser le poulet sur l’assiette, émulsionner votre sauce et caresser vos morceaux de poulet avec cet appareil, et disposer les morilles. Servez cette viande avec des crêpes Vonassiennes ou des pommes dauphines.

P1020482

Un péché de gourmandise ? Non, au moment de manger, rendez grâce au Bon Dieu, pour les bonnes choses qu’Il vous donne. Le pardon vous est assuré !

Posté par Louis Henri GUY à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 février 2021

simon Desthieux, en argent!

   

 

1  

 Simon Desthieux a fait un retour au premier plan inattendu en décrochant la médaille d'argent du sprint des Mondiaux de Pokljuka, vendredi. Sa première médaille individuelle dans un grand rendez vous international.

.

 

 

S. Desthieux

+ 11"2
(Pénalité : 0)034

Quand Simon croyait à un avenir souriant, il avait raison!!!!!

photo-jure-makovec-afp-1613144121

     
     
     
     
     
     
     

1  

M. Ponsiluoma (SUE)

24'41"1
(Pénalité : 0)

2  

S. Desthieux

+ 11"2
(Pénalité : 0)

3  

E. Jacquelin

+ 12"9
(Pénalité : 1)

4  

J. Dale (NOR)

+ 22"4
(Pénalité : 1)

5  

J. Boe (NOR)

+ 22"5
(Pénalités : 2)

6  

Q. Fillon Maillet

+ 23"9
(Pénalité : 1)

7  

S. Laegreid (NOR)

+ 25"7
(Pénalité : 0)

8  

S. Samuelsson (SUE)

+ 26"7
(Pénalité : 1)

9  

T. Boe (NOR)

+ 28"2

 

 

 

 

 

 Bravo Simon !

Posté par Louis Henri GUY à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]