LGUYHAUTEVILLE01

28 février 2021

Le marais de Vaux et les Lésines.

# 058

Le marais de Vaux et les Lésines.

Le marais de moyenne montagne est rare en France. Avec le marais de Lavours et le marais de Vaux, l’Ain est particulièrement gâté.

Entre Hauteville et Cormaranche le marais couvre avec Les Lésines une surface de 140 hectares.

De grands travaux ont été entrepris  et dans l’année, le circuit de visite sera réhabilité.

Cette zone est très riche en faune et en fleurs…De nombreux animaux paissent sur les prairies environnantes, chevaux, vaches, ânes, moutons font partie du décor.

# 330

# 178

En toutes saisons le site est remarquable, et mérite une visite promenade…

# 205

photos Alain Sauquet avec mes remerciements

 

P1000346

P1050976

l'été fait souffrir les lésines.

Posté par Louis Henri GUY à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 février 2021

Le temps des morilles!

Péché de gourmandise : vous avez les truffes, nous avons les morilles !

Morilles 31 mars2017

Les provençaux, les Périgourdins  et les habitants du bas Bugey sont très fiers de récolter les truffes, les belles Tuber mélanosporum , les meilleures selon eux et les vendre sur les marchés spécialisés à un prix qui dépasse les taux d’inflation pour atteindre bientôt le prix du « jaunet », vous savez ce petit Louis ou Napoléon de 20 francs en or.

Nous aimons  le fumet qui émane des pâtés truffés, des tournedos grillés accompagnés d’une sauce madère enrichi de l’or noir de ce champignon recherché par les professionnels. Ils  guettent la mouche bleue qui se pose au printemps sur les brûlis ou utilisent le groin des gorets ou la truffe des chiens  spécialistes dans cette quête du diamant noir.

La littérature s’est emparée de ce champignon pour nous faire rêver, nous ne citerons que le personnage de Garigou, qui avait inspiré Alphonse Daudet, vous savez ce « clerc diable » qui avait posé dans l’encensoir  de la truffe,  ce qui avait eu pour effet de bâcler les trois messes basses de ce curé provençal plus préoccupé de la bonne table que de dire les patenôtres.

Bref, nous au printemps, nous commençons à courir les prés et les bois pour rechercher nos morilles.

 

Et là, toutes les ruses des Sioux sont admises pour ne pas se faire repérer, les places ou les tâches de morilles selon certains valent leur pesant d’or. On entre ainsi sur le sentier de la guerre, on fait de grands tours  le long des buttes ensoleillées, près des sapinières. On a l’œil circulaire pour regarder de ne point être suivi. Demandez donc à un morilleur où il les a trouvées, il vous répondra la plupart du temps : « A côté d’un brin de paille ! » La chasse au trésor, vous dis-je !

Les savants l’appellent : morchella rotunda, vulgaris, crassipes, spongiola, umbrina, hortensis, costata, conica, elata, hybrida, rimosipes  et quoi encore !, la meilleure est la noire, les autres sont bonnes pour les novices, ceux qui ne sont pas encore entrés dans la grande Confrérie des "Morilleurs".

Nous en faisons des chapelets pour le séchage, et pour les agapes futures hors saison.

P1000214

 

Avez-vous déjà mangé un poulet de Bresse de préférence, aux morilles et au Vin Jaune !

Nettoyer vos morilles, les baigner dans une eau tiède et conserver le jus qu’elles vous donnent.

Découper votre poulet en huit morceaux, le mettre dans une sauteuse avec un mélange de beurre et d’huile, le laisser colorer jusqu’à ce qu’il atteigne une belle robe dorée. Déglacer avec 15 cl de vin jaune, et le jus des champignons.  Laisser cuire 20 minutes à feu doux. Ajouter les morilles que vous aurez au préalable fait revenir dans du beurre avec une purée d’échalotes et 5 cl de vin jaune, et un demi-litre de crème. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que votre crème soit nappante.

Et là, mes amis, que la fête commence ! Dresser le poulet sur l’assiette, émulsionner votre sauce et caresser vos morceaux de poulet avec cet appareil, et disposer les morilles. Servez cette viande avec des crêpes Vonassiennes ou des pommes dauphines.

P1020482

Un péché de gourmandise ? Non, au moment de manger, rendez grâce au Bon Dieu, pour les bonnes choses qu’Il vous donne. Le pardon vous est assuré !

Posté par Louis Henri GUY à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 février 2021

simon Desthieux, en argent!

   

 

1  

 Simon Desthieux a fait un retour au premier plan inattendu en décrochant la médaille d'argent du sprint des Mondiaux de Pokljuka, vendredi. Sa première médaille individuelle dans un grand rendez vous international.

.

 

 

S. Desthieux

+ 11"2
(Pénalité : 0)034

Quand Simon croyait à un avenir souriant, il avait raison!!!!!

photo-jure-makovec-afp-1613144121

     
     
     
     
     
     
     

1  

M. Ponsiluoma (SUE)

24'41"1
(Pénalité : 0)

2  

S. Desthieux

+ 11"2
(Pénalité : 0)

3  

E. Jacquelin

+ 12"9
(Pénalité : 1)

4  

J. Dale (NOR)

+ 22"4
(Pénalité : 1)

5  

J. Boe (NOR)

+ 22"5
(Pénalités : 2)

6  

Q. Fillon Maillet

+ 23"9
(Pénalité : 1)

7  

S. Laegreid (NOR)

+ 25"7
(Pénalité : 0)

8  

S. Samuelsson (SUE)

+ 26"7
(Pénalité : 1)

9  

T. Boe (NOR)

+ 28"2

 

 

 

 

 

 Bravo Simon !

Posté par Louis Henri GUY à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2021

Les Deguerry d'Outriaz en religion

Les Deguerry d'Outriaz, une sacrée famille!

 

On compte dans cette famille au moins trois prêtres et pas des moindres.

Le premier fut Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine à Paris

Deguerry,_Gaspard,_Nadar,_BNF_Gallica

Son père, Thomas, est marchand de bois et meurt précocement en 1800. Sa mère, Anne Desflèches, veuve à 25 ans, élèvera seule ses trois fils. Ordonné prêtre le 19 mars 1820 pour le diocèse de Lyon, Deguerry est aumônier militaire au 6e régiment de la Garde royale en 1827. En 1829, Charles X le désigne pour prêcher le sermon de carême aux Tuileries.

La Révolution de 1830 ayant supprimé les aumôniers militaires, il devient prédicateur itinérant, et prêche tant à Paris qu'en province. Puis il est nommé au diocèse de Paris, premier chanoine et archiprêtre de Notre-Dame de Paris en 1844 par l'archevêque Denys Affre. L’année suivante, il est curé de Saint-Eustache, et administre les derniers sacrements à François-René de Chateaubriand le 4 juillet 1848. De 1849 à sa mort, il est curé de la Madeleine.

Pressenti en 1861 pour être nommé évêque de Marseille, il renonce à cette nomination pour rester avec ses paroissiens. En 1861 et en 1866, il prêche le Carême aux Tuileries, cette fois-ci devant l'empereur Napoléon III. Il est fusillé, au cours des événements de la Commune, par les Fédérés à la prison de la Roquette. Avec lui périrent en même temps, l'archevêque de Paris

source wikipedia

 La famille Deguerry et Hauteville-Lompnes :

Le second fut Francisque Deguerry, qui fut supérieur général des Pères Blancs, fils de Jean François Deguerry et de Caroline Pélisson,  il était le frère d'Eugénie Deguerry mariée à Joseph Emilien Guy des Serraz à Hauteville qui eurent  5 enfants dont 3 qui  ont eu des descendants sur Hauteville-Lompnes, Caroline Guy épouse Naillod, Marie Louise Guy épouse Guy Philippe, Adeline Guy épouse Dassin les deux dernières étant mes grandes tantes.

Le premier supérieur général des Pères Blancs.

Scan0032

Le révérend Père Deguerry 1847-1902  fut le premier supérieur Général des pères blancs, il fut le collaborateur du Cardinal Lavigerie. Le père Deguerry avait une autorité naturelle, ses confrères l'appelait le Grand Sapin. Il y eut de nombreux éclats entre le cardinal Lavigerie et lui....

 

Il fit des études dans les séminaires de Meximieux et Belley, ses études furent financées par le curé de la Madeleine, G aspard son cousin,   jusqu'à ce qu'il décide de rentrer au séminaire de Kouba en Algérie en 1867; Sa mission le porta en kabylie. A 27 ans, il fut nommé supérieur général des pères blancs jusqu'en 1880, cependant  en 1876 on le retrouve à El Goléa, puis pour ouvrir la route de l'Afrique Noire à la mission, il part pour l'Egypte dans la région des grands lacs..

 

En 1882, il est nommé vicaire général à Tunis, puis en 1185, supérieur du petit séminaire de Sainte Anne à Jérusalem.... En 1889, on le retrouve au Zambèze pour lutter contre la traite des noirs.

 

Il passa les dernies jours de sa vie comme aumônier à Grandbourg,  où il mourut d'un cancer à l'estomac le 8 mai 1902, le jour de l'ascension, il n'avait pas 55 ans. Une vie bien remplie!!!!!

remerciements aux archives des pères blancs , via Aurélia à Rome

img931

 

 

 

Et le troisième, missionnaire aux Iles Tonga. Le conflit est particulièrement aigu entre monseigneur Blanc et le père Deguerry, arrivé à Tonga en 1908 - ce dernier, qui désire être soustrait de l'autorité de son évêque, obtient un transfert pour la France en 1932 -Un nombreux courrier existe dans les archives à Rome.

Scan0029

 Père Deguerry au père supérieur de la S.M. 2 Lyon, Vava'u, le 10 juin 1909. Père Deguerry à son ami à ( --- ), Vava'u, le 04 novembre 1909. Père Deguerry à son ami à ( --- ), Nuku'alofa, le 23 septembre 1917. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. Rome, Mua, le 07 août 1920. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Sydney, le 22 juillet 1926. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le 18 octobre 1926. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le 11 janvier 1927. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. Rome, Vava'u, le 28 juin 1927. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le 14 d6cembre 1927. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le O4 mars 1929. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le 25 juin 1929. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Vava'u, le O1 août 1932. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. 3 Rome, Vava'u, le 17 août 1932. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Auckland, le 20 novembre 1932. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. 3 Rome, Sydney, le 17janvier 1933. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Sydney, le 19 janvier 1933. Père Deguerry au père supérieur de la S.M. à Rome, Sydney, le 07 avril 1933. Père Deguerry au père sup6rieur de la S.M. à Rome, Sydney, le 30 mai 1933

Scan0030

Posté par Louis Henri GUY à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 février 2021

Les quatre temps pour 2020 2021

Les quatre temps pour 2021
les quatre temps d'hiver

premier jour16 décembre 2020

P1000333

correspond au mois de Janvier 2021

P1000338

2 janvier 2021

Janvier est enneigé, froid , neige glacée et à partir du 13 redoux et la pluie tombe sur 25 cm de neige.....


deuxième jour 18 décembre 2020

P1000336

temps doux humide correspond au mois de février 2021

Le début est doux et humide, la preuve notre cascade de Charabotte

# 035A

et le pont de Nantuy

# 035B

 


troisième jour 19 décembre 2020

temps doux, légèrement ensoleillé.

P1000337

Correspondrait au temps du mois de Mars.

 


les quatre temps de printemps
24,26 et 27 février 2021
les quatre temps de l'été
26,28 et 29 mai 2021
les quatre temps d'automne
22,24 et25 septembre 2021Les quatre temps pour 2020

En chute de neige cumulée, il est tombé durant l'hiver 2019/2020 : 67 centimètres de neige.

Voir les photos ci-dessous.

En ce qui concerne la pluie, Octobre 2019 : 200mm /novembre 2019 :225 mm/décembre : 190mm:

2020 : Janvier: 80mm/ Février125 mm/ Mars 165 mm.

Pas de pluie depuis le12 mars, va-t-on rajouter une sécheresse au Covid19?

La dernière semaine d'Avril jusqu'au 6 mai : 112mm de pluie! Ouf!

 

4 temps d'hiver : 18,20 et 21 décembre 2019

le 16 février 2020 à la ferme Guichard, la neige se fait encore attendre:

P1100095

photos prises le dimanche 19 janvier 2020 à la ferme Guichard

P1100053

P1100054

 


4 temps d'hiver : 18,20 et 21 décembre 2019

DSC07410


4 temps de printemps : 4, 6 et 7 mars 2020

 

Premier jour des 4 temps, météorologie de la France durant la journée du 4 Mars

 

P1100097

 Le 4 mars correspondrait au temps d'Avril, jusqu'au 15 avril nous n'avons pas de pluie, temps sec, voir réflexion en haut de l'article, cela se confirme!

Deuxième jour des 4 temps de printemps 6 mars, correspondrait au temps que nous aurions en Mai

 

P1100100

P1100101

 

7 mars , troisième jour des 4 temps de printemps, correspondant au temps qu'il fera en Juin

P1100106

P1100107

 

P1000127


4 temps d'été : 3,5 et 6 juin 2020

P1030070

 


4 temps d'automne : 23, 25 et 26 septembre2020

P1000305

premier jour des 4 temps dans l'Ain Mercredi 23 septembre., temps pour Octobre

et dans toute la France.....

 

P1000304

 

 Vendredi 25 septembre temps de novembre

P1000308

Samedi 26 septembre, temps pour Décembre

P1000306

S'il on en croit les 4 temps , le dernier trimestre devrait être pluvieux dans l'ensemble.

5 décembre 2020 : pluie et neige mélangée le matin,

 


à suivre

Posté par Louis Henri GUY à 09:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 janvier 2021

LE TEMPS DES PETITS BISTROTS……

LE TEMPS DES PETITS BISTROTS……

 

Ce n’était pas un vrai métier, tous les « bistroquets » que j’ai connu étaient pluriactifs, ils étaient paysans, bouchers, coiffeurs, épiciers, leur fond de commerce était plus une institution qu’une boutique.

 Pas de radio, pas de télé, le café était le seul lieu de rencontre pour les habitants qui travaillaient du lundi matin au dimanche à midi.

Ouverts de l’aube à minuit, c’est à la veillée, en revenant de la fruitière que les bistrots connaissaient le plus d’affluence.

Autour d’un ou plusieurs pots, on y refaisait le monde qui en avait déjà tant besoin, en patois bien sûr puisque l’on était entre nous. Le dimanche soir on y chantait…dire que l’on chantait juste est peut être excessif et entre les deux guerres, les clients qui étaient en majorité d’anciens combattants un peu grisés après ces libations nous rappelaient tous les airs de 1914/1918.

L’après midi on avait déjà joué aux boules, des boules cloutées qui ont totalement disparu. Les moins valides faisaient la belote et le lundi matin ceux qui avaient mal dormi ou mal « cuvé » passaient boire une « ganache »* sensée tout remettre en ordre et faciliter le démarrage.

A champdor, il existait  bistrots ; fort heureusement il en reste un, le relais du château, récemment crée.

DSCN0094

 

Quand il fallait se rendre au village voisin, il n’était pas pensable de faire le voyage sans « trinquer » : aller boire un pot avec une connaissance ou à défaut le propriétaire du lieu.

Les petits cafés étaient le centre des activités villageoises, en période électorale, les listes adverses avaient chacune leur base (pc) dans des établissements différents et les réunions se terminaient toujours au milieu d’une forêt de pots.

Même Nantuy avait son café Escale :

img952

A Hauteville, le football avait son siège au café des Touristes

DSC03521

,l'amicale  boule au café Graner, 

img369

café Graner

les skieurs de Lompnes étaient familiers du café Fazille aujourd’hui disparu (en face de la chapelle de Lompnes),

DSC03513

café Fazille

on allait danser chez Pascal (près de l’établissement La Fresnaie),

DSC03504

Hôtel restaurant chez Pascal

on consommait chez Savarin en portant son lait à la fruitière (en face de la boulangerie Dessales) le piano mécanique fonctionnait aux carrières chez Persicot

DSC03495

l'ancien café Persicot et son piano mécanique

et l’on pouvait manger la fondue chez tous les tenanciers du plateau.

DSC03496

L'ancien Provençal

 

A la gare de Brénod, conducteurs et voyageurs allaient trinquer au café de la gare avant de s’élancer à l’ascension de la Chenalette.

 

C’était la vie qu’ont connue mon père et mes grands pères, convaincus que l’on ne parlerait plus de guerre et qu’un monde nouveau pouvait alors commencer.

Entre « l’Assommoir » et  «  le parlement du peuple » comme les avaient baptisé deux célèbres auteurs, les bistrots avaient su garder une vie associative que tout le monde regrette aujourd’hui et ma complainte n’y pourra rien, il n’y a pas de retour en arrière possible.

A titre indicatif en 1935, il y avait 62 cafés sur le plateau plus les pensions et les maisons de cure qui tenaient toutes un petit bar privé.

 

Aujourd’hui, si l’on excepte Hauteville, il en reste à peine …dix bistrots rescapés devenus services publics, où  l’on s’arrête pour un renseignement, où l’on cherche à se dépanner. On  s’y installe en attendant l’heure d’un rendez-vous et leurs portes sont toujours ouvertes les jours de mauvais temps aux  pique-niqueurs du dimanche.

P1030829

Marius Guy

 

 

Posté par Louis Henri GUY à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La passion du feu

20200701_212921

La passion du feu...                Incendie dans le ciel de Champdor,  selon Alain Sauquet

 

 

Dès l'enfance, j'ai toujours été passionné par le feu, cela a commencé alors que j'avais 5 ans, les jeudis d'automne, je recherchais la compagnie d'Anthelme Hugon, cantonnier de la commune.

 

qui  à cette époque entassaient le feuilles mortes pour les brûler , je l'accompagnais dans son travail et le soir, inexorablement, j'avais la réflexion de mon père : "tu sens la fournache!"  Inutile de dire où j'avais traîné mes galoches....

Mon deuxième Vulcain, dieu romain du feu et du travail des métaux était Jean Chapuis, le forgeron de mon quartier, je fréquentais régulièrement sa forge, j'aimais voir le foyer brûlant et les étincelles incandescentes quand il tapait sur le fer posé sur son enclume....

Anthelme Hugon, X, Papa Gramu, Le Tacon, Camille Hugon et Jean Chapuis au ski

mon cantonnier et mon forgeron sur la même photo

 

Il était d'une patience avec moi, je me faisais le plus petit possible pour assister au spectacle...

Plus tard, il m'a été donné d'assister à l'incendie de la gendarmerie d'Hauteville, assis dans le pré sous l'église, les flammes qui surgissaient de la toiture étaient un véritable spectacle.

Ma mère tenait un bureau de tabac, je pouvais chiper des allumettes et avec mon copain Roger, nous faisions des petits feux dans le parc de la Fresnaie...jusqu'à ce que nous en fîmes un, trop près de l'abeiller du père Machon, sur la propriété de Candide Maclet, le feu s'emballa contre les planches sèches....Je ne vous raconte pas ...Heureusement, le grand père Machon arrêta l'incendie, mais ce n'était pas fini...Dans un petit pays tout se sait très vite, et le soir j'eus droit un une fessée monumentale, mes petites fesses prirent une allure d'incendie, rouges écarlates...

Cela me sevra pour la vie!

J'appris bien plus tard que Néron, empereur de Rome, était né en 37 et moi en 1937...

Je pense que l'incendiaire de Rome et moi sommes nés sous la même conjoncture astrale.

# 006

 

 

Posté par Louis Henri GUY à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2021

L'hiver poétique d'Alain Sauquet

Alain est un pro de la photo et des montages vidéos.Son oeil et son objectif avisés nous livrent de petites merveilles que je mme dois de partager.

# 008

# 003


Bien que je n'aime pas l'hiver qui est un vilain comme le nommait le poète Charles d'Orléans vers 1460 :

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain !
Été est plaisant et gentil,
En témoin de Mai et d'Avril
Qui l'accompagnent soir et matin.

# 357



Été revêt champs, bois et fleurs
De sa livrée de verdure
Et de maintes autres couleurs
Par l'ordonnance de Nature.

# 153



Mais vous, Hiver, êtes trop plein
De neige, vent, pluie et grésil ;
On devrait vous bannir en exil !
Sans point flatter je parle plain :
Hiver, vous n'êtes qu'un vilain !

# 024

Rondeau 37, Ballades et Rondeaux, vers 1460

# 361

# 017

Mais cet hiver qui désespère mes vieilles années ravit la jeunesse qui se précipite sur les pistes de Terre Ronde et La Praille, et cela me console!

 

Praille01

Posté par Louis Henri GUY à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]