LA TOUSSAINT : UN JOUR DE JOIE….

 

 

La fête de la Toussaint est arrivée tardivement dans la religion catholique. Ayant pris naissance au VIII° siècle en Angleterre, elle ne fut adoptée à ROME qu’au X° siècle.

Elle ne se fêtait pas le 1er novembre, mais au mois de mai quand la force vive de la nature reprenait ses droits à la grande joie de tout un chacun. La symbolique de la nouvelle vie était certainement plus parlante aux chrétiens d’alors.

 

La tradition populaire, augmentée de la gravité de la religion au XIX° siècle a provoqué une confusion entre le 1 novembre et le 2, jour de la fête des morts….

 

Nous prenions autrefois un air de circonstance pour la visite des cimetières et nous nous devions d’être …tristes…

 

Or, la fête de tous les saints est un jour de joie pour qui croit à une autre vie.

C’est un jour consacré à l’Espérance du renouveau au-delà de la mort et c’est aussi un trait d’union avec ceux qui nous ont précédés. C’est même beaucoup plus qu’un trait d’union, c’est une véritable communion, une vraie solidarité.

 

Il est vrai que l’histoire de la vie des saints nous laisse parfois pantois et le fait de les mettre sur un piédestal est souvent décourageant. Faut-il être martyr comme Etienne, dépouillé comme François d’Assise, Roi comme Louis, Savant comme Augustin et Ambroise, Guerrière comme Jeanne d’Arc, Charitable comme Vincent de Paul, Torturés dans notre âme comme Thérèse de Lisieux ou Jean Marie Vianney curé d’Ars ? Ce n’est guère à notre portée…Mais essayons de vivre quotidiennement les Béatitudes…Vous savez bien : « Heureux les pauvres de cœur, les doux, ceux qui pleurent, ceux qui ont faim et soif de justice, les miséricordieux, les cœurs purs, les artisans de paix » C’est déjà un Sacré programme….

 

Durant les jours d’hiver, quand tout semble figé par le gel et la neige, quand les arbres squelettiques nous offrent toutes les nuances du gris au noir, qui peut supposer que la vie est toujours là et qu’un jour de printemps, elle jaillira pleine de fulgurance et éclatante de couleurs. Ainsi va la vie de l’homme, du froid de la mort à la lumière et la chaleur de l’amour de Dieu.

 

Alors, soyons joyeux pour ceux qui ont réussi, et soyons heureux pour nous-mêmes qui bénéficions de leur bienveillance à notre égard et quittons le jour de la Toussaint (et pas seulement ce jour) nos têtes d’enterrement pour que nous montrions que nous croyons dans une autre vie : Eternelle celle-là !

coucher sol 008 Soir de Toussaint, cimetière d'Hauteville