SAPEURS POMPIERS : NOTRE COMPAGNIE A 150 ANS !

N c la première photo des pompiers de Lompnes vers 1896-1900

 La première compagnie de Lompnes vers 1896

Autrefois, les incendies étaient la terreur des habitants de nos communes, ce fléau était pour chacun la ruine assurée. Malgré les précautions prises pour éteindre les feux de l’âtre chaque soir, les occasions de déclaration de sinistre ne manquaient pas. La sécheresse, la foudre, l’imprudence et quelquefois la malveillance déclenchaient des incendies qui se propageaient à grande vitesse sur les constructions mitoyennes, ce qui provoquaient des sinistres sur plusieurs maisons.

FEU L'épreuve du feu

Il est bon de souligner à ce propos, la grande solidarité qui existait entre les habitants volant au secours les uns des autres, mais aussi l’effort communal qui fournissait la plupart de temps le bois de charpente pour la reconstruction des toits. Déjà à cette époque certains petits malins, revendaient le bois pour leur propre compte, ce qui obligea le conseil municipal a voté pour que chaque bénéficiaire soit dans l’obligation de fournir des preuves sur l’emploi de la matière première offerte.

Nous connaissons dès le début du 19ème siècle la plupart des incendies qui ont frappé notre secteur : soit par les cahiers de Claude Antoine Bellod, menuisier et maître d’école au Grand-Abergement, soit par les recherches effectuées par Dom Jacques Dubois qui s’était beaucoup penché sur les archives hautevilloises.

En étant observateur, nous pouvons voir encore dans les murs des maisons anciennes, des pierres de taille qui ont une apparence rougeâtre, c’est très souvent le signe qu’un incendie a atteint ces maisons dans les siècles passés.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, le premier investissement pour la lutte anti-feu a été l’acquisition de « sceaux » (sic)  pour une valeur de 150 francs par le conseil municipal de Lompnes, c’était en 1836. En 1839, on acheta la première pompe dont la force du jet était de 10 mètres,  ce qui était évidemment un progrès considérable. C’est à la demande du Préfet en 1852, que commencèrent à se constituer des compagnies dans les villes les plus importantes du département.

P1030818 Une des premières pompes

Pour Lompnes et Hauteville, les habitants bugistes qui ont la « tête près du bonnet » s'opposèrent par une « bronca »  à cette demande, cependant Hauteville acheta tout de même une nouvelle pompe en 1863 au prix de 1830 francs. En 1863, l’école des filles brûla, et en 1864, deux grands incendies eurent lieu dans les deux communes.

Là, il n’était plus question de tergiverser. Il n’était pas non plus question que Lompnes se mélangeât à Hauteville. C’est ainsi que dans la même année de 1864, deux compagnies de sapeurs-pompiers furent crées.

P1030819 Un certain progrès dans le matériel

On décréta un règlement en 42 articles qui définissaient le prix de l’adhésion à la compagnie, l’uniforme, (le port des sabots de bois était interdit) la présence aux enterrements, le contrôle des cheminées des maisons, les amendes à payer pour les retards, l’entretien des équipements mal entretenus, et même les injures !

Scan0006 (4) La compagnie vers 1937

Chaque commune n’eut aucune difficulté pour le recrutement des hommes.

La compagnie de Lompnes reçut le baptême du feu  les 27 et 28 mai 1864, pour un gigantesque incendie qui détruisit sur son territoire 12 maisons. Elle fut aidée en cela par les compagnies d’Hauteville, de Cormaranche, de Champdor et de Corcelles : enfin c’était l’entente cordiale entre sapeurs.

P1030910 La compagnie fête son 150ème anniversaire