DSC04364

La fondation de l'Orsac

Tout a commencé par la volonté d'un homme René Sené, arrivé à Hauteville comme malade. Il s'installe à la pension "La Cascade".

img113

Pension La Cascade

Il s'ennuie et cherche à rencontrer des jeunes poitrinaires comme on les appelait à l'époque. Toute cette jeunesse échange des idées et se demande pourquoi ne pas se rassembler en un lieu où elle pourrait vivre ensemble leur exil forcé dû à la maladie.

Parmi ces jeunes, plusieurs sont pensionnaires de la villa Hélios, un petit sanatorium de 23 lits tenu par les pères jésuites. Il y a à cette époque le père Mayet, fondateur et les pères Lacroix et  Michel Mondésert. Malheureusement la villa est trop petite pour les accueillir.

En 1935 René Sené loue la villa Marie Louise, Il n'y a que trois chambres, mais des jeunes voudraient les rejoindre.

C'est ainsi qu'il contacte Monsieur Viallon, propriétaire de La Cascade, Celui-ci admettra dans son établissement, tous les jeunes recommandés par René Sené. Il y règne un esprit très positif, un petit atelier se crée, puis une chapelle. La maison devient le rassemblement de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, l'abbé Bailleul en soin à Hauteville en devient l'aumônier.

Malheureusement il n'y a que 20 places. Les jeunes songent alors à fonder un foyer ouvert à toute personne qui partagent leurs idées chrétiennes, communautaires et sociales;

Dès 1936, les scouts de France, choisissent cet établissement pour les jeunes qui tombent malades.

L'Association Catholique de la Jeunesse Française parraine cette petite formation. Par les scouts de France, Léon Groues est contacté, il me semble qu'il était le frère du futur Abbé Pierre., celui-ci recrute comptable, et un noyau d'administrateurs lyonnais.

Le 29 septembre 1937, les statuts de l'organisation sénatoriale catholique sont déposés sous la marque ORSAC.

img923 - Copie

Splendid Hôtel

L'hôtel Le Splendid est alors en vente, tous ces jeunes font jouer leurs relations, famille, amis, réseau professionnel. Le Docteur Delannoy marié à Mademoiselle Marie Gavoty, jeune fille fortunée apporte la somme nécessaire à l'achat du Splendid, en créant une société immobilière.

L'acte de vente est signé le 23 décembre 1937, un vrai cadeau de Noël pour toute cette jeunesse.

img925

une joyeuse équipe

L'établissement évolue création d'une infirmerie pour les soins, une salle de jeux, les pères d'Hélios viennent donner des cours. Cinq religieuses sont recrutées dont deux infirmières, une cuisinière et une lingère.

img923

Une des équipes de l'Orsac après la guerre

Et voilà l'ORSAC lancé, mais la guerre arrive et là la petite troupe de jeunes, va essayer d'obtenir le ravitaillement, ils vont même jusqu'à élever volailles et lapins.

A la fin de la guerre en 1945, l'Orsac compte 60 malades.

La population hautevilloise a bénéficié de la joie de vivre malgré l'adversisté de tous ces jeunes. Qui ne se souvient des pièces de théâtre, de l'animation dans la ville lors des mardis gras, de l'orchestre le Rimifon Jazz, des canulars montés par ces joyeux lurons -lire dans ce blog la visite de Jean Nohain-

img926

Au théâtre on plaisante même avec la maladie

Nous aimions les Orsaciens, beaucoup se sont établis à la fin de leur traitement dans la ville, ils ont construit, fondé des commerces, se sont embauchés dans les sanatoriums comme employés ou dans les entreprises du plateau.

img924

les anciens orsaciens devenus hautevillois

La graine semée par René Sené fut bonne et la moisson récoltée pour la ville fut belle!

img921

Quand l'Orsac fêtait ses 70 ans