30 avril 2019

Quand les Savarin étaient vénitiens....

Quand les « Savarin » étaient vénitiens…. abbatiale de Nantua La famille Savarin, fixée en Bugey, est originaire de Venise sous le nom de Savariny . Le premier de la famille qui passa en France en 1131, avec le Seigneur Don Jean Décoci, cardinal de Bourgeoisie, nommé par le Pape « seigneur et prieur commendataire du prieuré Saint Pierre de Nantua. L’Abbé de Nantua, reconnaissant les bons et agréables services qu’il recevait du dit Savarin, le pourvut en 1132 de l’office de Grand Capitaine et châtelain de la... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2019

Sur les pas des moines bugistes, avis aux randonneurs!

                Un circuit des abbayes et Chartreuses en pays Bugiste. Gilbert Lemoine propose que Pierre et Mélanie , deux bons randonneurs, marchent  cette année sur les pas du frère Martin de Saint Sulpice se rendant autrefois dans les différents monastères du plateau. Les dernières étapes :   Circuit SAINT SULPICE EN BUGEY – EPIERRE 2ème Etape : ROUGEMONT – EPIERRE _____________________________   Marthe et Honoré, reposés et ravitaillés auraient pu, sur... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2019

Le père Mayet, fondateur d'Hélios

Le Père Mayet à Hauteville Le père Mayet avait marqué son passage à Hauteville, et nombreux sont encore les gens du pays d’un âge certain, qui ont gardé son souvenir sans trop connaitre son parcours. Joseph Mayet était un jésuite, qui fut directeur du sanatorium Hélios à la création de l’établissement. Hélios lors de sa construction Né le 18 octobre 1895 à Lyon, aîné d’une famille de 6 enfants, il fut reconnu comme soutien de famille à la mort de son père en 1909 Il fut ordonné prêtre en 1925 à Lyon Puis il fonda le... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 10:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 avril 2019

De Saint-Rambert à Champdor : les souvenirs du petit berger de La Palud

Février, les petits veaux font leur apparition. Fin février début mars c’était la période des vêlages. Nous avions cinq ou six vaches qui mettaient bas à cette période choisie par le Patriarche. Chaque fois qu’une vache vêlait, c’était un événement, même si les fermiers étaient rôdés. Un vêlage çà ne se passe bien ou éventuellement pas bien du tout. Cette première année je ne participais pas à ces naissances, mais j’aidais beaucoup pour que les acteurs aient de l’eau chaude sous la main et tant qu’ils en voulaient. C’était, je... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]