La quête de l’eau…

Il y a longtemps que nos anciens avaient conscience de la richesse de l’eau.

Dès la création des monastères de Meyriat et de Saint Sulpice, les moines établissent déjà des barrages et des étangs, qui servaient de force motrice bien sûr mais aussi pour l’élevage des poissons bases de la nourriture monastique.

 

A Meyriat au XVIIème siècle - Copie

Monastère de Meyriat en bas de l'image captage de l'eau pour une scierie

Barrage de l'étang des moines

Barrage monastique pour retenir l'eau

Dès le début du IXXème siècle, un premier réseau de fontaine fut établi, il nous reste quelques exemples de cette époque.

DSC05548

img071 - Copie

DSC03368

Sous le second empire, se sont construits la captation des sources, le réseau de canalisations qui alimentaient bacs et fontaines du village, c’est l’époque aussi de la réalisation des ponts sur l’Albarine à Lompnes, Hauteville et Nantuy.

img078

Nantuy1

Scan10149

img157

Parlons aussi des retenues pour alimenter moulins et scieries. Ils captaient l’eau de l’Albarine et de la Mélogne.

img189

 

On a crée à cette époque de nombreux étangs dont la plupart ont été comblés.

Scan10580

img061 - Copie

Chaque grande ferme avait son bac privé pour abreuver le cheptel.

Chaque source qui sourdait  de la colline d’Angeville, de Darbent,de la polatière,  de la colline vers Mangini était une richesse pour tous.

HLPolatière2

bac de la polatière

Même l’eau des marais était récupérée.

Un siècle et demi après, le climat évoluant, les sécheresses plus nombreuses, le monde reprend conscience de la richesse de l’eau. Il est temps !

document à complèter.