Personnel de sanatorium début 1910 : calme et sérénité

img637

À la fin du XIXe siècle, malgré une fluctuation des chiffres due à l’incertitude statistique, on pense que la tuberculose faisait plus de 80 000 morts par an en France.

Chiffre plus raisonnable que les 150.000 primitivement annoncés au début du 20 ème siècle.

En 1939, elle emmenait encore avec elle 50 000 âmes en France.  Il n’existe aucune statistique mondiale, mais en extrapolant les chiffres des personnes décédées devaient  être autrement préoccupant.

En 1900 à la fondation de Mangini premier sanatorium sur le plateau, les habitants furent confrontés à ce fléau, apparemment avec un flegme paysan remarquable, vu l’étendue du désastre.

Pour mémoire, les Cormaranchois étaient plus suspects vis-à-vis de la maladie, puisqu’un décret de la mairie interdisait la création d’un établissement hospitalier sur leur territoire au-delà du pont de Mélogne.

Dans le monde entier le coronavirus a fait à ce jour 300 morts et c’est la panique.

Bien sûr le chiffre est inquiétant, mais gardons notre calme. Si les médias et les réseaux sociaux avaient existé début 1900, rendez-vous compte du buzz que cela aurait donné !

Le monde entier en fait un Himalaya, et nos ancêtres en 1900, considéraient le fléau tuberculose autrement plus meurtrier comme la colline de Turluru.

Fléau_de_la_tuberculose