.DSCN0601

La borne des trois cantons aux armoieries des Montillet de Champdor

Les promeneurs ont depuis longtemps sur le Plateau repéré la borne des  cantons.

C’est une longue histoire commencée en  1732.

Le baron de Montillet  de Champdor, qui demeurait à l’époque à Chevigny Saint Sauveur, près de Dijon. Il revendiquait alors un espace de bois dans la montagne.

La commune de Ruffieu en Valromey ne l’entendait pas de cette oreille, elle déclarait que cet espace appartenait à sa commune .On se lança alors dans un procès qui dura plusieurs années.

Dans un premier temps, Le tribunal de Belley donna raison à Ruffieu, mais le Baron fit appel.

Donc un premier procès eu lieu en 1732, on se référa à un acte d’inféodation de 1369 du mandement de Châteauneuf à Pierre Gerboy par Amédée, prince et comte de Savoie.

Châteauneuf revendiquait les terres qui partaient de la fontaine

. L’endroit était bien le point limite de Champdor. Mais en 1844, Hauteville des Bouchardières à celles de Cuvillaz (texto)rentra aussi en bagarre avec Ruffieu pour déterminer les limites de leurs territoires respectifs.

En 1864, la cour impériale de Lyon, trancha l’affaire : elle accorda au Baron de Champdor d’établir une borne signifiant la limite de sa propriété. C’est ainsi que cette borne appelée « 3 cantons » devrait plutôt être appelée « 3 communes » puisqu’elle limite Champdor, Ruffieu et Lompnes devenu Hauteville-Lompnes par la suite.

Les 3 cantons à l'époque était Brénod,Hauteville et Champagne en Valromey

On avait en ce temps là un grand sens de la terre et l’instinct propriétaire exacerbé.