Immigration italienne

 

22 juin 2017

La vogue de Lompnes en 1935 et 2017

2017 : un dimanche 2 juillet sous la pluie et peu de chaleur, décidément la fête familiale a disparu. Peu d'ambiance, mais où sont les vogues d'antanIl y a plus de 80 ans la vogue de Lompnes battait son plein pour la saint Pierre...Les fours communaux étaient prêts pour cuire les bons gâteaux de pays, on en faisait pas moins de 15 à 20 par famille, et l'on cuisait chacun à son tour.Il n'en fallait pas moins pour les faire partager aux voisins et amis de passage...Nous faisions à l'époque un grand repas pour accueillir la famille... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2017

La saga des Hugon de La Maladière

Tous Cousins ! Dans cet ilot de maisons de Lompnes ont vécu les descendants de Adolphe Joseph, Prosper Joseph et Jean Honoré Hugon Les Hugon de la Maladière…. Le nom Hugon est répandu à Lompnes depuis des générations. On le trouve mentionné dans les comptes de la châtellenie de Lompnes depuis le 14 ème siècle. Les recherches généalogiques entreprises donnent le plus ancien des Hugon comme étant Eloy 1600-1668. Il est probablement l’ancêtre de tous les Hugon actuels. En tous cas, il est l’ancêtre des Hugon dits de la maladière. ... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

La première école de garçons à Hauteville et Lompnes

La première école à Hauteville Elle existait déjà en 1758. .C'était une école de garçons, elle était abritée à l'ombre de l'église dans un humble bâtiment contigu au cimetière qui entourait à ce moment-là l'église. Quand vint la révolution elle ferma ses portes. Cependant quelques personnes enseignent, sans principes, durant les hivers, la lecture et l'écriture. Le résultat est tel que l'assemblée communale constate avec regrets, le 15 décembre 1817, que toute une génération vient d'être privée des bienfaits de l'instruction et... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2017

Document rare : la place du Creux

Voici une photo rarissime, la place du creux au tout début de vingtième siècle, probablement 1904Le magasin sublet actuellement le bistro de la Fontaine, n'est encore pas construit. Une fontaine rectangulaire est encore en place.Un travail pour ferrer les boeufs est encore sur la place.Merci à Jacqueline Brun qui a transmis ce document
Posté par Louis Henri GUY à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2017

Ecole des garçons à Hauteville

Histoire de l'école d'Hauteville La fondation de cette école remonte à 1838. Les édiles locaux conçoivent un projet d'envergure. Ils acquièrent un bâtiment rural et ses dépendances et font établir un beau projet comprenant la mairie, la justice de paix et l'école de garçons.En 1856 on établit les plans ci-dessus. En attendant les ressources nécéssaires à sa mise en exécution, on installe les garçons dans une masure existante, cela restera ainsi jusqu'en 1872 date des travaux de la nouvelle mairie école. C'est dans cette vieille... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2017

Un moulin sur la Mélogne

Moulin disparu : le moulin de Mélogne. Sur des archives de 1495, Louis de Bonnivard  cite dans un document « la roche du moulin du Seigneur de Gramont » appelé moulin de Mélogne. Antérieurement,  Hugues, seigneur de Gramont était conseiller d’Amédée VI de Savoie, il acquit la seigneurie de Lompnes le 28 octobre 1361, d’où la présence des Gramont sur le plateau. On trouve une nouvelle trace du moulin en 1685, Philippe Vulliod loue la moitié du moulin à Martin Tronchon, maître charpentier de Cormaranche ... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2017

Notorièté de la Station climatique d'Hauteville-Lompnes

James Brooke       Quand la famille du Radjah de Sarawak fréquentait Hauteville. Le Sarawak est une enclave au nord de l’Ile de Bornéo. La province de Sarawak avait été donnée par le Sultan de Brunei à  James Brooke en 1840. Une petite dynastie se crée. Charles Brooke succède comme radjah, puis le frère Bertram devient héritier présomptif. Gladys dayand muda of Sarawak, était l’épouse de Bertram Brooke radjah muda de Sarawak. Nous sommes dans les années 1926 – 1927.  Gladys dont le neveu... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2017

La Librairie d'Hauteville a une histoire

De la location autos à la librairie d’Hauteville, 100 ans nous séparent.   Maximin Félix Miguet, tenait un atelier dans la rue appelée autrefois rue de la Gare. C’était une sorte de comptoir westernien, ou l’on réparait aussi bien les premières voitures que l’on ferrait un cheval en difficulté. A cette adresse on pouvait louer une voiture, ou demander que l’on vous emmènat en excursion où vous le désiriez. Danger de la circulation! Un chien vient de se faire écraser, remarquer la pub Mobiloil sur le panneau à droite ... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2016

COMMERCES ET ARTISANS D'HAUTEVILLE-LOMPNES

  Les trente Glorieuses du Commerce et de l'Artisanat. Au temps de sa splendeur, la station d'Hauteville-Lompnes bénéficiait de nombreux commerces. Nous avons eu de 1920 à 1950 nos" trente glorieuses" Ci-dessous un essai de reconstitution des commerces de leurs créations aux années 1980, selon les propriétaires successifs. La mémoire du blogueur peut-être parfois défaillante, mais cet inventaire aura le mérite d'exister. Les lecteurs pourront toujours faire des ajouts ou des corrections, celles-ci seront les bienvenues. ... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2016

Orsac à Hauteville-Lompnes histoire de sa fondation

La fondation de l'Orsac Tout a commencé par la volonté d'un homme René Sené, arrivé à Hauteville comme malade. Il s'installe à la pension "La Cascade". Pension La Cascade Il s'ennuie et cherche à rencontrer des jeunes poitrinaires comme on les appelait à l'époque. Toute cette jeunesse échange des idées et se demande pourquoi ne pas se rassembler en un lieu où elle pourrait vivre ensemble leur exil forcé dû à la maladie. Parmi ces jeunes, plusieurs sont pensionnaires de la villa Hélios, un petit sanatorium de 23 lits tenu par... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]