18 octobre 2020

Mon premier couvre feu

A l'âge de mon premier couvre feu avec mon copain Roger Cottin Mon premier couvre-feu C’était pendant la guerre 39/45, peut-être en 1943-1944, j’avais 6 ou 7 ans. Nous étions en plein été en Juin ou Juillet, on m’avait mis couché à l’heure où à travers la fenêtre de ma chambre le soleil était encore haut dans le ciel. Par la fenêtre, l’astre solaire me faisait signe. Comment résister à son appel, je tournai dans mon petit lit passablement excité. A l’heure où je courrais autour de la maison habituellement, j’étais coincé dans ma... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2020

Annie Cordy à Hauteville en 1965

Durant l'été 1965, Annie Cordy est venue donner un concert pour les curistes d'Hauteville en matinée. Evidemment la salle des fêtes étaient comble.La population a regretté à l'époque, qu'il n'y ait pas une soirée pour elle. Malgré ce regret, il est évident qu'Annie Cordy a dû réjouir tous les patients tuberculeux qui ce jour-là étaient en fête. Toute sa vie , Annie a transmis de la joie, la plus belle mission qui soit.
Posté par Louis Henri GUY à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2020

Quand la Nouba défilait à Lompnes

Nouba Le terme «nouba» vient de l’arabe classique «nowba», qui signifie «tour». Au Maghreb, il faisait ainsi référence à la musique interprétée – à tour de rôle – par des musiciens devant la maison d’un dignitaire. Les troupes coloniales, alors présentes en Algérie, ont ensuite emprunté ce mot, en le transformant en «nouba», afin de décrire les airs joués par les tirailleurs nord-africains avec leurs instruments traditionnels. L’expression est d’abord restée cantonnée à l’argot militaire, avant d’être répandue dans le langage... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2020

HIER…L’EPICERIE.

De nos jours et vu les circonstances, les files d'acheteteurs s'agglutinent aux portes des supermarchés, un petit regard dans le rétro prouvent que l'on a connu de bien pires journées.     une épicerie de village, ici Cormaranche nous avons connu les cartes d'alimentation, les cartes pour les décades de tabac HIER…L’EPICERIE. Ce n’était pas un hypermarché, pas un supermarché, pas même une supérette, mais un tout petit local baptisé boutique ou épicerie. Il y en avait une ou deux par village et elles étaient... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2018

La revole des foins

Cette photo est réservée aux anciens de Lompnes, pour le souvenir,A la revole, on invitait les voisins à participer.Sur cette photoA gauche, Joséphine Hugon née Guy, un jeune berger, Louis Hugon, Henri Juillard, Marius Chapuis, Louis Vuaillat Souvenir! Souvenir!
Posté par Louis Henri GUY à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2017

La rue nationale inspire les artistes

Insolite quand Lompnes se prend pour Saint Paul de Vence. La rue nationale était encore dynamique, le peintre du dimanche trouvait son inspiration en ce lieu. Ce qui nous permet de garder un souvenir de cette rue maintenant bien déserte.
Posté par Louis Henri GUY à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2016

Le dernier moulin de ma jeunesse, le moulin du Beffaut

Il était encore là vers mes 10 ans. On l'appelait alors le moulin Rivat. Pour le situer, il était encore debout sur la route de champdor, au lieudit "le marechet" pour nous on parlait du moulin du beffaut. Ce moulin a été rasé pour faire place à l'immeuble les allobroges . En 1838, Guillaume Benot en était meunier, en 1865, le propriétaire en est André Rivat né en 1779 dans la paroisse Saint Nizier de Lyon, puis François Julien Rivat. En 1842, la route de Lompnes à Champdor passait par Combe noire, ce qui laissait toute la... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]