07 avril 2020

Papa Gramu, du nouveau

Je viens de recevoir un film pris en 1937 par la première équipe des compagnons de Gramu: saison de ski à Cuvillat. Ce film a été tourner par Alphonse Delpouve. Alphonse Delpouve est né en 1897 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais. Ingénieur il arrive dans l’Ain pour travailler pour les ponts et chaussées (Belley, Tenay, Bourg-en-Bresse). Il travaille également pour la Tréfilerie de Bourg-en-Bresse, il a notamment testé les câbles du téléphérique de l’Aiguille du Midi. Il est membre du club alpin français section de l’Ain. Il crée avec... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2020

Quand la Nouba défilait à Lompnes

Nouba Le terme «nouba» vient de l’arabe classique «nowba», qui signifie «tour». Au Maghreb, il faisait ainsi référence à la musique interprétée – à tour de rôle – par des musiciens devant la maison d’un dignitaire. Les troupes coloniales, alors présentes en Algérie, ont ensuite emprunté ce mot, en le transformant en «nouba», afin de décrire les airs joués par les tirailleurs nord-africains avec leurs instruments traditionnels. L’expression est d’abord restée cantonnée à l’argot militaire, avant d’être répandue dans le langage... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2020

HIER…L’EPICERIE.

De nos jours et vu les circonstances, les files d'acheteteurs s'agglutinent aux portes des supermarchés, un petit regard dans le rétro prouvent que l'on a connu de bien pires journées.     une épicerie de village, ici Cormaranche nous avons connu les cartes d'alimentation, les cartes pour les décades de tabac HIER…L’EPICERIE. Ce n’était pas un hypermarché, pas un supermarché, pas même une supérette, mais un tout petit local baptisé boutique ou épicerie. Il y en avait une ou deux par village et elles étaient... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2020

Le pigeonnier d'Angeville

  Le pigeonnier d’Angeville. Près de chaque petit château, on trouvait autrefois un colombier, appelé plus tard pigeonnier. Le château d’Angeville ne déroge pas à la règle. Sa construction remonte à la création du premier logis ceint de quatre tours d’angle. De mémoire, je ne l’ai jamais vu avec des pigeons. Cette petite construction coiffée en poivrière ne manque pas de charme. Une fenêtre ou une lucarne est la seule ouverture. Une petite dalle en pierre en saillie sert de plage d’envol Attaqué de toute part par un... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2020

Un tableau de Sevin à Champdor

Adoration des mages : tableau de Pierre Sevin daté de 1690 . Dimension 3.10 mX 2 m Qui était, Pierre Paul Sevin Né à Tournon vers 1645 et fils du peintre des comtes de Tournon, Pierre Paul Sevin reçoit très tôt une éducation jésuite et artistique. A la mort de son père, il se spécialise dans le décor à fresque et le décor éphémère. Il officie principalement pour les jésuites. Il est également reconnu pour ses madrigaux. Sa carrière démarre vraiment à Rome et à Venise où il réalise des décors éphémères pour les fêtes de son temps,... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2020

Les fontaines d'Hauteville-Lompnes, mise à jour....

Fontaine, je boirais de ton eau !   Au XIXème siècle, les sources ne manquaient pas sur les territoires des communes de Lompnes et d’Hauteville. Lompnes se servait des sources qui sourdraient d’Angeville et de La Doua, Hauteville captait celles de l’Orcet,  des Clopes et de Turluru. Il fallait non seulement fournir les habitants en eau, mais aussi installer des bacs pour abreuver les animaux , fort  nombreux dans nos communes rurales. Dès 1812, des fontaines ont été érigées.   Des bacs ont été... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2020

Tuberculose et coronavirus ! Revoir sa copie !

Dans le monde entier le coronavirus a fait au 30 Mars :34610 décès sur 183 territoires; On enregistre 727.080 cas    Bien sûr le chiffre est angoissant, mais gardons notre calme. Si les médias et les réseaux sociaux avaient existé début 1900, rendez-vous compte du buzz que cela aurait donné ! Comparons avec les chiffres de la tuberculose À la fin du XIXe siècle, malgré une fluctuation des chiffres due à l’incertitude statistique, on pense que la tuberculose faisait plus de 80 000 morts par an en France. ... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2020

Quand les Savarin étaient vénitiens....

    Quand les « Savarin » étaient vénitiens…. abbatiale de Nantua La famille Savarin, fixée en Bugey, est originaire de Venise sous le nom de Savarini. Le nom de cette famille s'orthographiait Savarini,un de leur membre avait accompagné Marco polo lors de son voyage en chine ce qui avait renforcé le renom des Savarini dans la citée de Doges. Merci à l'internaute qui a apporté cette précision.     Le premier de la famille qui passa en France en 1131, avec le Seigneur Don Jean Décoci, cardinal de... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 11:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mars 2020

La Borne des trois cantons.

  . La borne des trois cantons aux armoieries des Montillet de Champdor Les promeneurs ont depuis longtemps sur le Plateau repéré la borne des  cantons. C’est une longue histoire commencée en  1732. Le baron de Montillet  de Champdor, qui demeurait à l’époque à Chevigny Saint Sauveur, près de Dijon. Il revendiquait alors un espace de bois dans la montagne. La commune de Ruffieu en Valromey ne l’entendait pas de cette oreille, elle déclarait que cet espace appartenait à sa commune .On se lança alors dans un... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2020

A ceux qui sont nés depuis bien longtemps

Nous étions jeunes en ce temps-là, enfants des écoles de Lompnes, s'ils sont encore en vie, ils ont 95 ans A ceux qui sont nés il y a bien longtemps « Que de beaux printemps l’allégresse Va s’éteindre en nos cœurs demain Et que la morose vieillesse Me guette au bord du chemin ! » C’est à une grande dame de notre pays, Delphine Arène que nous devons ce joli quatrain. Il y a près de dix ans que je le garde en mémoire ignorant qu’un jour, il serait mon actualité, radotant dans une prose que j’aurais aimée plus... [Lire la suite]
Posté par Louis Henri GUY à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]