Pa la chapelle de Retord, photo prise le 13 janvier 2015

LES CHANOINES DE RETORD.

 

Il faut avoir lu le beau livre de Jean Laurent « Terre d’hommes et de ciel » pour comprendre ce que fut jadis la vie de ces gens de Retord où pendant des siècles, des générations ont réussi à vivre dans des conditions que l’on ne s’imagine plus ; des gens qui avec acharnement, avaient réussi à faire de leur désert si peu généreux, une paroisse la plus étendue, la moins peuplée, la plus haute mais sûrement la plus belle du diocèse.

C’est peut être pour se distraire, peut-être pour connaître ces quelques arpents de neige que deux prêtres « d’en bas » du XIXème siècle qui ne manquaient pas d’humour et qui avaient l’habitude d’herboriser en ces lieux, eurent l’idée de faire de la chapelle une collégiale imaginaire et de créer un amusant chapitre de chanoines.

Nous en avons retrouvé les statuts et le sceau «EURUSQUE NOTUSQUE ROUNT » * et nous vous en livrons l’essentiel :

P b Diplome des Chanoines de Retord

En vertu d’une délégation spéciale donnée à Rome aux calendes de Mai signé Bartolini, je soussigné, Monnet, curé de saint Victor de Montfalcon devant la cour des pairs de saint François de Sales à Retord, a l’effet de publier les statuts qui devront régir cette communauté de chanoines réguliers, étant donc au dessus du niveau de la mer, à la hauteur voulu pour avoir du saint Siège des pouvoirs illimités nous proclamons les dispositions suivantes :

 

Article I : Le nombre de chanoines de Retord pourra s’élever indéfiniment.

Article II : Le camail (courte pèlerine des ecclésiastiques) sera en peau de mouton avec hermine et fourrure de Sibérie. En période de grands froids, il pourra être doublé de peau d’ours.

Article III : Que les chemins soient libres ou non, la résidence est obligatoire depuis la Toussaint jusqu’à la sainte Outrelle (20 mai)

Article IV : Le chanoine archiprêtre seul loge près de la collégiale, les autres doivent résider à moins d’un kilomètre.

Article V : En cas de neige, les chanoines devront avoir leurs cercles* aux pieds. Si, en hiver, la croix de la station est ensevelie sous la neige, le plus digne donnera l’exemple et pelle en main, commencera les travaux de déneigement.

Article VI : Nul ne pourra être admis au titre de chanoine de Retord, s’il ne justifie au moins de deux paires de guêtres à 18 boutons et deux paires de cercles avec lesquels il sache marcher, et s’il ne connaît en toute saison l’accès à la collégiale par Bérentin, la croix Jean Jacques, le golet sapin et Très mas Curty.

Article VII : Il y aura dans le chapitre au moins quatre chapelains, leur fonction sera d’aider les chanoines à l’office, d’avoir soin des guêtres et des cercles, d’ouvrir la marche dans la procession en pourtant la boussole qui doit guider les chanoines et les empêcher de perdre le Nord. Le camail des chapelains sera en peau de renard relevé par une fourrure d’écureuil mélangé de castor.

Article VIII : Les chanoines de Retord n’auront que des idées élevées, leur langage sera toujours sublime. Sur toutes les choses, ils auront les points de vue les plus étendus. Leurs lumières comme leurs horizons seront sans borne. Modestes dans leurs désirs et humbles dans leur conduite, ils ne chercheront pas à abuser de leur élévation pour dominer autour d’eux.

Ils pratiqueront le silence, aimeront la solitude, fuiront le monde et ses tumultes. En un mot ils seront ornés de toutes les vertus, persuadés qu’à Retord comme partout, il y a bien à faire pour bien faire.

Article IX : Le chapitre ne reconnaît d’autres supérieurs que les religieux de Saint Bernard. L’archiprêtre de Retord étant d’ailleurs le plus élevé en dignité sur sa montagne, il portera le titre d’Eminence.

Article X : Le chapitre de Retord est une maison de hautes études.  On y enseignera toutes les sciences et il sera installé sur la montagne, un bureau de messages et toutes les correspondances avec la France ou l’étranger se feront par le moyen de pigeons voyageurs.

P1040447

coix érigée par Jean Claude Dassin 1728 -1803 et Marie Louise Favre sa femme, de Sothonod

 

 

 

Il n’y a plus de chanoines sur la montagne. Dans l’adorable petite chapelle, on ne connaît même plus le latin et qui sait si là-haut, n’ayant plus d’occupation,  nos archiprêtres ne regrettent pas Retord et son paradis.

P1040440

 

                                                                                                                              Marius Guy 

 

  • Tous les vents se ruent et s’abattent sur Retord
  • Raquettes à neige.