Explorateurs des temps modernes.

Les spéléologues du plateau, ou plutôt du val d’Hauteville poursuivent toujours inlassablement leurs découvertes. Ce n’est pas se targuer de vanité que de dire qu’à l’instar des grands explorateurs, nos découvreurs de nouvelles merveilles souterraines, nomment pour la postérité les lieux qu’ils mettent à jour.

-          Ainsi au printemps, après des travaux difficiles, une nouvelle entrée a été découverte  sur le réseau de la grotte de Vaux Saint Sulpice. Ce gouffre de « l’âge de glace » a été nommé ainsi en référence aux importants remplissages d’alluvions, vestiges des dernières glaciations, mais faisant ainsi aussi un petit clin d’œil à un succès cinématographique des films d’animation.

-          En Chine dans l’une des 5 plus grandes grottes du monde, qui atteint aujourd’hui  la longueur hallucinante de 270 kilomètres, une rivière découverte par nos explorateurs locaux a été tout naturellement nommée «  la rivière d’Ain » !

-          Tout récemment, une grande salle vient d’être découverte à l’altitude de 2000 mètres, en Haute-Savoie, sur la commune de Samoëns. L’accès  dans les plafonds de ce vide s’est effectué par une verticale de 62 mètres. Histoire de rappeler ironiquement aux savoyard de quoi sont capables les Hautevillois, le puits a été nommée le puits de la comtesse, tandis que la salle porte désormais le nom de « salle Henriette d’Angeville ».

L Le puits de la Comtesse

Le puits de la Comtesse

L (2)

-           

-          Pour rappeler qui était Henriette d'Angeville :

-         Henriette d'Angeville

-          Henriette d'Angeville, née le 10 mars 1794 à Semur-en-Auxois et morte le 13 janvier 1871 à Lausanne, plus connue sous le nom de « Mademoiselle d'Angeville, la fiancée du mont Blanc », est une alpiniste franco-suisse. Elle est la deuxième femme à gravir le mont Blanc. Vers la fin de sa vie, elle s'intéresse à la spéléologie et fonde un musée de minéralogie à Lausanne…

Scan10616 - Copie

-