Noël 2014 : premiers flocons de neige !

P1040370 - Copie crèche vivante avec des chrétiens arméniens

L’hiver approchant avec son manteau blanc souvent présent sur nos villages de montagne, il est bon de se retrouver en famille, entre amis ou voisins au chaud autour de l’âtre pour partager quelques réflexions d’actualité ou des souvenirs qui marquèrent nos mémoires. Le temps de Noël est d’ailleurs favorable à ce genre de rencontre.

hiver 2010 fevroer 009

 

Tels les flocons de neige tombant au fil des jours, les souvenirs du temps passé se rappellent à nos mémoires. L’Eglise elle-même n’échappe pas à ce mouvement. Certains chants de la nuit de Noël semblent n’avoir pas pris une ride malgré les ans. « Douce nuit », « il est né le divin enfant » ancrés dans bien des mémoires donnent l’illusion d’un enfant Jésus, entouré de Marie et Joseph auxquels l’histoire- peut être même saint François d’Assise- ajouta l’âne et le bœuf, figé à jamais dans le temps.

L’actualité nous montre pourtant qu’aujourd’hui comme au temps de la naissance de Jésus, la violence et l’appétit de pouvoir jettent dans la précarité et la souffrance bien des personnes. Jésus n’est pas l’enfant doucereux que nous pourrions retrouver en nous réfugiant dans le passé. Il est celui qui vient remettre debout, dans la confiance et la vie, les personnes écartées de leurs relations par la mort, la maladie, l’épreuve, les séparations et éclatements en tout genre. Jésus appelle à l’insurrection de l’amour, du respect, du pardon et de la justice dans un monde où le repli sur soi semble dominant.

Noël, fête cultuelle et culturelle, il n’y a que quelques laïcs dinosauriens qui montent désespérément à l’assaut pour en ôter l’emblème : la crèche !

P1040359 - Copie

Le Pape François bouscule nos pensées et nos regards sur autrui, sur le plus faible en particulier. A la suite de Jésus, il veut faire sortir l’Eglise de la sacristie pour aller là où elle a sa place : en plein vent du monde actuel, aux carrefours des cultures et des souffrances, là où l’être humain créé à l’image de Dieu se retrouve abandonné par ses semblables. Les frères chrétiens du Moyen Orient, martyrisés ne sont pas oubliés !

photo-Pape-Francois-bebe-vole-la-coiffe

Au repli entre chrétiens que certains ecclésiastiques en dentelle prônent pour reprendre en main une foi qui leur semble se diluer dans un monde incrédule, François le Pape envoie aux oubliettes cette mauvaise idée et demande à ses prêtres d’aller, sans tambour ni trompette, là où Jésus attend leur présence et leurs mains ouvertes : là où leur amour et le nôtre avec eux, donnera vie et espérance à toutes celles et tous ceux qui souffrent dans leur corps ou leur cœur, quelle qu’en soit la raison.

Grâce à quelques efforts de notre part,  sans faire de bruit, tels les flocons de neige, le monde renaîtra à la vie.

DSC07395